«Intervention» directe de la Commission européenne dans les affaires politiques grecques.

initiative des étudiant-e-s et travailleurs-euses grec-que-s à paris

De Christina Vassilakis,
correspondante de Sto kokkino à Bruxelles

source :stokokkino.gr

C’est un message fort pour l’Europe, le fait que le Premier ministre grec ait décidé de présenter comme candidat un Européen convaincu. Le choix est à présent entre les mains du Parlement Grec et du peuple grec », a déclaré Annika Breidthardt porte-parole de Pierre Moscovici, en lisant une déclaration de la Commission européenne au sujet de la Grèce.

View original post 237 mots de plus

Κάλεσμα αλληλεγγύης στον Νίκο Ρωμανό και τους άλλους απεργούς πείνας στην Ελλάδα

Ο Νίκος Ρωμανός, αναρχικός 21 χρονών, έγινε γνωστός όταν, τη νύχτα της 6ης Δεκέμβρη 2008, ο φίλος του Αλέξανδρος Γρηγοροπουλος πέθανε στα χέρια του από τις σφαίρες αστυνομικού. Φυλακίστηκε για τη συμμετοχή του στη διπλή ληστεία στο Βελβεντό Κοζάνης το 2013. Κατά την προσωρινή τους κράτηση, αυτός κι οι 3 συγκατηγορούμενοί του υπέστησαν ακραίας ωμότητας αστυνομική βία.
    4 Δεκέμβρη 2014: Ο Νίκος Ρωμανός βρίσκεται σε απεργία πείνας από τις 10 Νοεμβρίου διεκδικώντας εκπαιδευτικές άδειες. Ευρισκόμενος στη φυλακή, πέτυχε στις εξετάσεις για την είσοδο στο Πανεπιστήμιο, όμως οι αρχές του αρνούνται επίμονα τις εκπαιδευτικές άδειες που προβλέπει το δίκαιο για τους κρατούμενους-σπουδαστες. Νοσηλευόμενος εδώ και πολλές μέρες, φαίνεται ότι έχει ήδη περάσει το κρίσιμο σημείο των ανεπανόρθοτων βλαβών στην υγεία του και ο κίνδυνος του θανάτου είναι μόνιμος.
    6 Δεκέμβρη 2008: Ο Αλέξανδρος Γρηγορόπουλος πέφτει νεκρός από τις σφαίρες ενός αστυνομικού. Αφήνει την τελευταία του πνοή στα χέρια του φίλου του Νίκου Ρωμανού. Εξεγερσιακές ταραχές ξεσπούν αρχικά στην Αθήνα, ασύλληπτου για μια δυτική μητρόπολη μέγεθους, και στη συνεχεία παντού στην υπόλοιπη Ελλάδα. Ο Δεκέμβρης του 2008 θα είναι ένας μήνας εξέγερσης (γνωστός ως Δεκεμβριανά, θυμίζει την πρώτη χρήση αυτού του ονόματος, τα Δεκεμβριανά του χειμώνα του 1944 και τη μάχη της Αθήνας).
    Σήμερα, δυο ημέρες από την επέτειο του θανάτου του Αλέξανδρου Γρηγοροπουλου, οι ελληνικές αρχές είναι αποφασισμένες να «θυσιάσουν» κι άλλες ζωές για να διατηρήσουν την τάξη ενώ η Τρόικα αξιώνει μια ένατη στη σειρά επιμήκυνση του Μνημονίου σε συνδυασμό με επιπλέον μετρά. Το succes-story της κυβέρνησης καταρρέει . Η τακτική είναι γνωστή: πρέπει η προσοχή της «κοινής γνώμης» να στραφεί προς κάτι άλλο, και πιο συχνά προς την επίδειξη «ασφαλειας» ενός σκληρού καθεστώτος  που επιδιώκει να διατηρήσει  την τάξη με κάθε κόστος. Εκδηλώσεις αλληλεγγύης πολλαπλασιάζονται μέρα με τη μέρα στην Αθηνά και σε άλλες ελληνικές κι ευρωπαϊκές πόλεις.
    Ο Νίκος Ρωμανός όμως δεν είναι μόνος. Σε αλληλεγγύη στο σύντροφό του, ο Γιάννης Μιχαηλίδης άρχισε επίσης απεργία πείνας και σήμερα είναι νοσηλευόμενος.
Από τις 19 Νοέμβρη άντρες και γυναίκες πρόσφυγες από τη Συρία κατέλαβαν την πλατεία Συντάγματος απέναντι από το ελληνικό κοινοβούλιο. Εδώ και κάποιες μέρες, μερικοί εξ αυτών ξεκίνησαν επίσης απεργία πείνας ζητώντας πολιτικό άσυλο και ταξιδιωτικά έγγραφα. Απευθυνόμενοι και σε άλλες χωρες-μελη της ΕΕ . Είναι η ίδια πλατεία Συντάγματος που το 2011 καταλήφθηκε όταν αναπτύχθηκε το Κίνημα των πλατειών.
    Η ιστορία δεν επαναλαμβάνεται πάντα ως φάρσα
  – Δηλώνουμε την απολυτή αλληλεγγύη μας στον Νίκο Ρωμανό και στους καταληψίες της πλατείας Συντάγματος
  – Απαιτούμε μια άμεση λύση για τον Νίκο Ρωμανό και την ικανοποίηση των διεκδικήσεών του
  – Απαιτούμε την άμεση νομιμοποίηση των οικογενειών από τη Συρία που αυτή τη στιγμή καταλαμβάνουν την πλατεία Συντάγματος όπως και την χορήγηση εγγράφων σε όλους τους « μην εχόντες χαρτιά ».
  – Απαιτούμε την κατάργηση του Δουβλίνο 2 που θέτει σε κίνδυνο τη ζωή των μεταναστών μετατρέποντας ολόκληρα κράτη σε αποθήκες της «εθελούσιας μετανάστευσης» κι οπού κάθε είδους παραβιάσεις και βιαιοπραγίες γίνονται κοινή πρακτική
    ΑΛΛΗΛΕΓΓΥΗ ΑΠΕΝΑΝΤΙ ΣΤΗ ΒΑΡΒΑΡΟΤΗΤΑ»
Πρώτες υπογραφές: Jacques Rancière, Camille Louis, Maria Kakogianni, Stéphane Douailler, Marie Cuillerai, Étienne Balibar, Costas Douzinas, Giorgio Agamben
το κείμενο στα Γαλλικά με όλες τις υπογραφές εδώ

Appel à la Solidarité avec Nikos Romanos et les autres grévistes de la faim en Grèce

Nikos Romanos est un anarchiste âgé de 21 ans. Son nom a été rendu public lorsque, dans la nuit du 6 décembre 2008, son ami Alexandros Gregoropoulos est mort dans ses bras sous les balles d’un policier. Il a été incarcéré pour sa participation au double braquage de Velventos à Kozani en 2013. Pendant leur garde à vue, lui et ses autres 3 complices ont subis des violences policières d’une extrême cruauté.

4 décembre 2014 : Nikos Romanos est en grève de la faim depuis le 10 novembre dernier pour l’obtention des sorties d’études. Etant en prison, il a passé le concours d’entrée à l’université, mais les autorités lui refusent obstinément les permissions de sorties que le droit prévoit pour les prisonniers-étudiants. Hospitalisé depuis plusieurs jours, le seuil critique pour l’arrivée des dommages irréparables semble franchi, le risque de mort est imminent.

6 décembre 2008 : Alexandros Gregoropoulos tombe mort sous les balles d’un policier. Il laisse son dernier souffle dans les bras de son ami, Nikos Romanos. Des émeutes insurrectionnelles éclatent d’abord à Athènes, dans une ampleur inimaginable pour une métropole occidentale, puis partout en Grèce. Décembre 2008 sera un mois de révolte (connu sous le nom de dekemvriana il rappellera la première incidence de ce nom, les dekemvriana de l’hiver 1944 et la bataille d’Athènes).

Aujourd’hui, à 2 jours de l’anniversaire de la mort d’Alexandros Gregoropoulos, les autorités grecques semblent déterminées à « sacrifier » d’autres vies pour maintenir l’ordre. Alors que la Troïka réclame un énième prolongement du mémorandum (de 6 mois) assortis de mesures supplémentaires, la succes story du gouvernement tombe dans l’eau. La tactique est bien connue : il faut détourner l’attention de « l’opinion publique » vers autre chose, et le plus souvent vers la démonstration « sécuritaire » d’un pouvoir viril qui maintient l’ordre à tout prix. Des manifestations de solidarité ne cessent de se multiplier tous les jours, à Athènes et dans d’autres villes grecques et européennes.

Mais Nikos Romanos n’est pas seul. Par solidarité avec son camarade, Yannis Michailidis a également entamé une grève de faim et se trouve actuellement hospitalisé.

Depuis le 19 novembre des réfugiés Syriens et Syriennes occupent la place de Syntagma devant le parlement grec. Depuis quelques jours un certain nombre d’entre eux a également entamé une grève de faim pour demander l’asile politique et des documents de voyage. Ils adressent aux autres pays membres de l’UE leur par de responsabilité. C’est cette même place de Syntagma qui a été occupée durant 2011 pendant le déploiement du Mouvement de places.

L’histoire ne se répète pas toujours en farce.

- Nous affirmons notre solidarité totale avec Nikos Romanos et les occupants de la place Syntagma ;
- Nous exigeons une solution immédiate pour Nikos Romanos et la satisfaction de ses revendications ;
- Nous exigeons la légalisation immédiate des familles syriennes qui occupent actuellement la place Syntagma ainsi que la régularisation de tous les sans-papiers ;
- Nous exigeons l’abrogation de Dublin II qui met en péril la vie des immigré-e-s en transformant des pays entiers en dépôts de « l’immigration choisie » et où les violences et les violations de tout genre deviennent monnaie courante.

SOLIDARITE FACE A LA BARBARIE !

Premiers signataires : Jacques Rancière, Camille Louis, Maria Kakogianni, Stéphane Douailler, Marie Cuillerai, Étienne Balibar, Costas Douzinas

Signer la pétition a:
http://www.editions-lignes.com/Appel-a-la-Solidarite-avec-Nikos-Romanos-et-les-autres-grevistes-de.html

Appel à la Solidarité avec Nikos Romanos et les autres grévistes de la faim en Grèce

Nikos Romanos est un anarchiste âgé de 21 ans. Son nom a été rendu public lorsque, dans la nuit du 6 décembre 2008, son ami Alexandros Gregoropoulos est mort dans ses bras sous les balles d’un policier. Il a été incarcéré pour sa participation au double braquage de Velventos à Kozani en 2013. Pendant leur garde à vue, lui et ses autres 3 complices ont subis des violences policières d’une extrême cruauté.

4 décembre 2014 : Nikos Romanos est en grève de la faim depuis le 10 novembre dernier pour l’obtention des sorties d’études. Etant en prison, il a passé le concours d’entrée à l’université, mais les autorités lui refusent obstinément les permissions de sorties que le droit prévoit pour les prisonniers-étudiants. Hospitalisé depuis plusieurs jours, le seuil critique pour l’arrivée des dommages irréparables semble franchi, le risque de mort est imminent.

6 décembre 2008 : Alexandros Gregoropoulos tombe mort sous les balles d’un policier. Il laisse son dernier souffle dans les bras de son ami, Nikos Romanos. Des émeutes insurrectionnelles éclatent d’abord à Athènes, dans une ampleur inimaginable pour une métropole occidentale, puis partout en Grèce. Décembre 2008 sera un mois de révolte (connu sous le nom de dekemvriana il rappellera la première incidence de ce nom, les dekemvriana de l’hiver 1944 et la bataille d’Athènes).

Aujourd’hui, à 2 jours de l’anniversaire de la mort d’Alexandros Gregoropoulos, les autorités grecques semblent déterminées à « sacrifier » d’autres vies pour maintenir l’ordre. Alors que la Troïka réclame un énième prolongement du mémorandum (de 6 mois) assortis de mesures supplémentaires, la succes story du gouvernement tombe dans l’eau. La tactique est bien connue : il faut détourner l’attention de « l’opinion publique » vers autre chose, et le plus souvent vers la démonstration « sécuritaire » d’un pouvoir viril qui maintient l’ordre à tout prix. Des manifestations de solidarité ne cessent de se multiplier tous les jours, à Athènes et dans d’autres villes grecques et européennes.

Mais Nikos Romanos n’est pas seul. Par solidarité avec son camarade, Yannis Michailidis a également entamé une grève de faim et se trouve actuellement hospitalisé.

Depuis le 19 novembre des réfugiés Syriens et Syriennes occupent la place de Syntagma devant le parlement grec. Depuis quelques jours un certain nombre d’entre eux a également entamé une grève de faim pour demander l’asile politique et des documents de voyage. Ils adressent aux autres pays membres de l’UE leur par de responsabilité. C’est cette même place de Syntagma qui a été occupée durant 2011 pendant le déploiement du Mouvement de places.

L’histoire ne se répète pas toujours en farce.

- Nous affirmons notre solidarité totale avec Nikos Romanos et les occupants de la place Syntagma ;
- Nous exigeons une solution immédiate pour Nikos Romanos et la satisfaction de ses revendications ;
- Nous exigeons la légalisation immédiate des familles syriennes qui occupent actuellement la place Syntagma ainsi que la régularisation de tous les sans-papiers ;
- Nous exigeons l’abrogation de Dublin II qui met en péril la vie des immigré-e-s en transformant des pays entiers en dépôts de « l’immigration choisie » et où les violences et les violations de tout genre deviennent monnaie courante.

SOLIDARITE FACE A LA BARBARIE !

Premiers signataires : Jacques Rancière, Camille Louis, Maria Kakogianni, Stéphane Douailler, Marie Cuillerai, Étienne Balibar, Costas Douzinas

pour signer la petition cliquez cliquez ici

source:  http://www.editions-lignes.com/

De la justice pour les travailleurs grecs de la stx- victoire pour les luttes des ouvriers,

Aujourd’hui nos pensées sont avec les trois travailleurs d’origine grecque qui seront jugés par la Cour

d’Appel de Rennes pour avoir revendiqué leurs salaires et leurs droits. Les trois travailleurs aux chantiers

navals de Saint-Nazaire ont osé démasquer un système d’esclavagisme pur qui demeure aussi bien

aux chantiers de la France du nord. Travaillant pour la STX sans contrat, vivant dans des conditions

déplorables et sous-payés, contrairement aux promesses d’embauche, les trois travailleurs devaient

faire face à des menaces exercées par les bandes organisées du patron pour quitter leur travail et la

France. La mort d’un de ceux trois travailleurs, Nikos Aslamazidis, suite à une grève de la faim montre

que la férocité du capitalisme dans les pays en crise n’est pas différente de celle que subissent les

travailleurs en France et que la violence patronale ne respecte pas de frontières ni de nationalités. Le

moment où les travailleurs en Grèce se battent pour survivre après la baisse de leurs salaires et leurs

droits par l’UE, la BCE et le FMI, les patrons français traitent comme des esclaves les gens qui quittent

leur pays pour pouvoir vivre avec dignité, comme c’est le cas des camarades en lutte.

Nous demandons justice pour les trois travailleurs. La mort de Nikos est un crime. Nous dénonçons

la STX, qui essaie de transformer les lieux de travail en bagne moderne. La solidarité internationaliste

des travailleurs peut sauver la société de l’oligarchie capitaliste de l’Europe. La lutte commune des

travailleurs et des syndicats en faveur de leurs collègues grecs montre le chemin de la victoire.

13th Novembre: Le gouvernement grec de coalition dans son moment le plus autoritaire

Le gouvernement de coalition grec et le Présidant de l’Université d’Athènes ont mis en œuvre une politique impitoyable depeur et d’intimidation contre les étudiants et le peuple grec. A l’occasion de la 41eme anniversaire de la révolte du peuple grec contre la dictature en 1973, ils ont bloqué tous les bâtiments de l’université dans le centre d’Athènes, avec l’aide de la police anti-émeute. En effet ils tentent d’interdire toutes les manifestations à l’occasion de l’anniversaire de la révolte du peuple grec contre la dictature militaire de 1967-1974 et essayent d’installer un climat d’état de terreur et de répressionpréventive contre les luttes populaires.

Le gouvernement  grec  (coalition de la droite et du partie socialiste) et les autorités universitaires ont peur de l’esprit du soulèvement du Novembre 1973. Pour cette raison, ils font des efforts pour maintenir le faux et l’équilibre temporaire du régime. Dans ce contexte, ils ont bloqué l’entrée du bâtiment de la faculté de droit d’Athènes avec la violence, la répressionet des gaz lacrymogènes conduisant à la blessure de plusieurs étudiants. Des milliers d’étudiants, de jeunes et de travailleurs ont défilé à Athènes le jeudi après-midi contre la répression et de la violence de l’État grec et de la police. La police anti-émeute utilisés répression encore plus grande dans la démonstration de la soirée. Scènes de la brutalité policière sans précédent se déroulaient au même endroit les chars sont entrés dans la célèbre université en 1973, quand, après six années de dictature militaire qui a été ordonné par les USA et l’OTAN les étudiants en Grèce ont réagi et se sont révoltés contre lui. Cependant, cette fois, ce sont les policiers anti-émeute, plutôt que l’armée, en utilisant des armeschimiques ainsi que la force physique sur des manifestants non armés.

Le gouvernement de coalition grec se comporte comme un envahisseur en remplaçant les dernières droits démocratiquesqui ont été acquises au cours des 40 dernières années. Dans le régime de protocoles «junte» que nous vivons, la premièrepriorité est la normalité pour les marchés, les banques, les investisseurs et les marchés boursiers par rapport aux besoins et les droits démocratiques de l’immense majorité de la société.

Nous condamnons le chancelier nommé de l’Université d’Athènes qui fait des efforts pour transformer l’Université en une institution stérile des processus sociaux et consacré aux besoins du marché. L’écrasement de toute résistance et collectiveque les différends et résiste contre ce point de vue est une condition préalable pour cela.

ANTARSYA appelle les jeunes, les élèves et les étudiants à défendre résolument leurs décisions collectives. Pour défendre leurs droits qui ont été gagnés par des sacrifices après le renversement de la dictature. Aujourd’hui le message de la révolte 1973 est plus que jamais d’actualité que la Grèce est l’épicentre des mémorandums, l’austérité et la menace fasciste. Ceci est le moment approprié pour les travailleurs, les jeunes, les chômeurs et les retraités, étant inspiré par l’esprit anti-impérialiste de Novembre 73, pour connecter la petite avec les grandes luttes de donner une perspectivevictorieuse pour l’avenir.

  • Contre le fascisme des autorités gouvernement de coalition et de l’Université d’Athènes grecs.
  • Les écoles ouvertes pour les étudiants et leurs luttes.
  • Pain, l’éducation, le travail et la démocratie pour tout le monde!
  • Nous devons renverser le gouvernement grec de coalition et les politiques du capital, de l’UE et du FMI.
  • Nous exigeons la démission du chancelier de l’Université d’Athènes!

COMITE ANTARSYA France, 17/11/2014

Journe-Debat ANTARSYA France, Dimance 2 Mars, ENS rue Ulm, 10h00 a 19h00

La gauche face à la crise capitaliste et l’union européenne.L’expérience grecque

La crise économique structurelle qui frappe le monde maintenant depuis six ans et surtout la gestion de la situation tant au niveau mondial qu’européen dévoile clairement le rôle clé de l’Union Européenne dans l’architecture du système économique actuel.
Plus spécifiquement, en Grèce, la situation de la population frôle le désastre humanitaire à cause de la politique néolibérale imposée par la Troïka, l’Union Européenne (U.E.), le Fond Monétaire International (FMI), la Banque Centrale Européenne (BCE) et le gouvernement grec.
La gauche anticapitaliste en Grèce à travers ANTARSYA (Coalition de la Gauche Anticapitaliste pour le Renversement) a dès le début pointé du doigt les responsabilités de l’U.E. et du gouvernement grec dans cette situation. ANTARSYA lutte entre autres pour : l’annulation de la dette, la sortie de la Grèce de la zone euro et de l’U.E., le renversement de l’U.E. actuelle, la nationalisation des banques sans indemnisation et leur gestion par un contrôle social et ouvrier…

Le comité d’ANTARSYA en France organise une journée de débats sur la stratégie de la gauche radicale et anticapitaliste face à l’U.E et la nécessité de l’organisation d’un réseau de solidarité internationaliste aux luttes des peuples européens. Il s’agit aussi de reprendre et développer le débat et le dialogue au sein de la gauche française et européenne dans la perspective d’une rupture avec l’U.E actuelle. Nous ne prétendons en aucun cas d’avoir « le privilège de la vérité absolue » ou de vouloir imposer nos positions à la gauche française. Le but de la journée est de présenter les positions d’ANTARSYA et de débattre avec les camarades français et les courants de la gauche sur des questions qui nous semblent centrales pour notre lutte commune pour l’émancipation sociale.
Nous adressons donc cette invitation aux organisations, aux mouvements, aux courants, aux syndicats à des personnalités de la Gauche ainsi qu’aux militants pour rejoindre et soutenir cet effort en participant activement à cette journée.
AfisaAntarsyaParis
La journée aura lieu le dimanche 2 Mars (02/03/2014) à l’Ecole Normale Supérieure de Paris à la salle Dussane (45 rue d’Ulm, 75005) de 10h à 19h et elle comprendra trois débats thématiques distincts autour des problématiques suivantes:

L’Union Européenne et la crise capitaliste contemporaine.
a) L’U.E. comme mécanisme (structure) capitaliste supranationale et le néolibéralisme comme modèle de sortie de la plus grande crise capitaliste de l’histoire de l’après-guerre.
b) Crise de la dette souveraine et le rôle de l’intégration économique, de la monnaie commune, du Traité sur la stabilité et des mécanismes de soutien dans la gestion de la crise dans les différents pays et leurs conséquences.
c) Crise, conflits et divergences au sein de l’impérialisme européen.

La menace sur la démocratie et les libertés collectives
a) L’UE néolibérale, l’Etat autoritaire, l’offensive aggravée contre les droits et libertés démocratiques, et l’état d’urgence devant la crise.
b) La montée de l’extrême-droite, du racisme dans nos sociétés, voire l’émergence du nazisme sur la scène politique.
c) L’UE et l’immigration. Le nouveau modèle de société européenne d’une « Europe forteresse ». Au travers des expériences concrètes (ainsi les luttes des travailleurs sans papiers en France), comment déterminer des axes de combats communs à l’échelle de l’UE.

La riposte anticapitaliste et la perspective socialiste
a) La nécessité d’un programme politique et de revendications syndicalistes au niveau européen en rupture avec le capitalisme, l’impérialisme et l’U.E. actuelle.
b) Programme politique pour la sortie de la crise (autogestion des entreprises, coopératives ouvrières, expropriation des banques, nationalisations, lutte contre le capitalisme financier, annulation des dettes souveraines, alternatives de la politique monétaire face à la monnaie unique, redistribution de la richesse).
c) Nouvelles institutions démocratiques populaires et solidaires.
d) Coordination internationaliste et perspective socialiste.

Des camarades grecs d’ANTARSYA viendront spécialement d’Athènes pour participer à cette journée de débats. Plus de détails sur le déroulement précis de la journée et les intervenants seront fournis ultérieurement.

Nous souhaitons vous inviter à cette journée débat du dimanche 2 Mars. Pour la réussit de notre initiative nous comptons sur votre présence, votre participation active aux débats et à la diffusion de l’information à vos réseaux respectifs.

Demosphere link: http://paris.demosphere.eu/rv/31277

Soirée de projections, de débats et de solidarité avec la Grèce qui résiste

Soirée de projections, de débats et de solidarité avec la Grèce qui résiste


Le samedi 23 mars, à partir de 17h00, 

à l’Espace Maurice Nilès,

11, rue du 8 Mai 1945, Bobigny

(métro, ligne 5, station Bobigny-Pablo Picasso, tramway, ligne T1, arrêt La Ferme) 

au programme :

koinwniko_iatreio

Face à la crise sanitaire, solidarité concrète avec les dispensaires sociaux grecs

– présentation des dispensaires sociaux et débat en présence de Giorgos Vichas, médecin et animateur du dispensaire social d’Ellinikon-Athènes.

– présentation du collectif «Solidarité France-Grèce pour la Santé» et de ses initiatives en cours et à venir.

catastroikaadd4
La crise comme pretexte pour la liquidation totale d’un pays

– projection du film Catastroïka en présence de son réalisateur, Aris Chatzistefanou.

– débat autour du processus de privatisation des services publics et des biens communs.

mais aussi :

buffet solidaire et informations concernant d’autres initiatives d’autogestion

Soirée co-organisée par les collectifs 

« Solidarité France-Grèce pour la Santé » 

(http://solidaritefrancogrecque.wordpress.com/)

« Initiative des étudiant-e-s et des travailleur-euse-s grec-que-s à Paris« 

(http://initiativegrecqueaparis.wordpress.com/) 

voir aussi : http://initiativegrecqueaparis.wordpress.com/2013/03/11/appel-du-collectif-solidarite-france-grece-pour-la-sante/

Solidarity with the Greek people against the neo-liberal capitalist Europe.

Activists of ANTARSYA France are participating in and supporting the rally called by Syriza-Paris and various French left organisations today at Châtelet-les Halles.

mobilisons-nous-avec-le-peuple-grec-contre-la-derive-autoritaire-qui-accompagne-la-mise-en-place-des-politiques-dausterite

We will be there to demonstrate our solidarity with people in Greece and the rest of Europe that suffer from the neo-liberal  attack that the forces of capital have unleashed to the people of work all around the continent.
We wil be there to inform the French public for the situation in Greece as well as our activities in France.
For that we have prepared and will distribute the following leaflet:

Solidarité avec le peuple grec

ANATRSYA France calls everybody at the fontaine des innocents, Châtelet-les Halles, on Friday 1st of March at 18h30

Réunion constituante du comité d’ANTARSYA France

La réunion constituante du comité d’ANTARSYA France (initiales pour Coopération Anticapitaliste de Gauche pour le Renversement) a eu lieu Samedi 16 février 2013, à l’Université Paris X – Nanterre. La réunion a été considérée comme une réussite par les participants. Vingt deux camarades venant de Paris et d’autres grandes villes en France y ont participé. Des intervenants du Front de Gauche et du comité SYRIZA de Paris ont également assisté et ont salué les participants.

La rencontre a été animée par une vive discussion et des interventions intéressantes et multiples. Les échanges ont été fructueux, et un texte de conclusion a été rédigé, qui résume les caractéristiques d’ANTARSYA – France, cadre les objectifs et décrit les actions auxquelles ANTARSYA France dédiera ses forces dans la période.

Le texte fondateur d’ANTARSYA France est actuellement en préparation, afin d’y inclure toutes les corrections et les commentaires issus de la discussion et sera téléchargé sur le blog d’ANTARSYA France dans la semaine (https://antarsyafrance.wordpress.com/).

Salutations

ANTARSYA France

logoantarsyar_2