ANTARSYA welcomes the LEXIT Campaign

ANTARSYA welcomes the establishment of the LEXIT campaign – the Left Leave Campaign- and considers it a necessary weapon for the defeat of the government policies of austerity in the UK and throughout Europe.

We are still experiencing the effects of the global economic crisis but after having bailed out the financial institutions, which triggered the crisis, we still pay for them to recover their failing profits. This crisis and its outcomes are still paid by the workers, the youth, the poor and the unemployed. This is the “collective” response to this crisis by all the EU governments (the UK included). Today, more than ever, it is becoming clear that the EU has always represented these same interests with any apparent “benefits” only as a result of transnational “alignment”. The EU has been regressing into prolonged austerity and authoritarian repression while it institutionalized racism and discrimination, lacking democratic functions. It is condemning various social groups to poverty, destroying public wealth and services.

The attack on the peoples’ rights is carried out by governments and coordinated by the EU. In Britain the dominant forces of capital and the majority of their public servants want to stay in the EU.

euartwork

We can yet see signs of optimism in the popular struggle and solidarity. Europe is shaken by the reappearance of fighting people, such as the huge workers’ demonstrations in France or the majestic marches in Britain against austerity and the Cameron government. The traditional political parties are failing to reflect and express the popular anger. In their efforts to deflect the blame and responsibility for austerity they are also providing the breeding ground for racist and fascist expressions.

The working people and the young must “brand” the Left Leave the EU campaign with their struggle against the EU policies of austerity, racism and wholesale destruction of public services and continue on better terms the battle against the conservative government, until the dissolution of the EU. ANTARSYA will be on the side of the LEXIT campaign as part of the internationalist duty to foster the unity of the people fighting against the EuroCapital.

ANTARSYA U.K., London, 23.4.2016

Στο δρόμο η γαλλική νεολαία — Leonidas Vatikiotis

Στο κενό φαίνεται να πέφτει η προσπάθεια της γαλλικής κυβέρνησης να οδηγήσει σε εκτόνωση το μεγαλειώδες κίνημα της νεολαίας που ξέσπασε ενάντια στην επιχειρούμενη αλλαγή του εργασιακού νόμου. Ο Γάλλος πρωθυπουργός Μανουέλ Βαλς προκειμένου να αποθαρρύνει τη νεολαία από τη συμμετοχή της στους αγώνες πρότεινε ένα πακέτο μέτρων, συνολικού κόστους έως 500 εκ. ευρώ, που […]

via Στο δρόμο η γαλλική νεολαία — Leonidas Vatikiotis

Lettre à la jeunesse manifestante en France

Chèr-es camarades,

Vos mobilisations constituent le phare pour toute la jeunesse de l’Europe, qui, aujourd’hui est frappée de l’attaque des gouvernements réactionnaires et néolibérales, ainsi que de l’Union Européenneet du FMI. Avec cette lettre nous voulons exprimer notre solidarité internationaliste indéfectible. Nous voulons apprendre par vos luttes, coordonner notre pas avec le votre.

ceb3ceb1cebbcebbceb9ceb1

Vos luttes, qui n’hésitent pas devant l’état d’urgence et la répression violente que subissent vos manifestations, sont aussi nos luttes. Comme vous, nous sommes face à une situation de chômage permanent et de travail précaire. Notre jeunesse est forcée à l’émigration à la recherche d’une vie meilleure. Tous ceux qui restent, nous sommes incapables d’être économiquement indépendants, de s’amuser, de s’éduquer, d’aimer, de vivre. La jeunesse constitue le cobaye de leur politique. Alors qu’ils essayent d’exploiter nos facultés au maximum, en même temps la majorité de notre génération se trouve face au chômage et dépérissement de nos capacités et notre créativité. Leur but est que nous travaillons sous les pires conditions, dans des travaux précaires, sans aucune sécurité. La loi El Khomri s’aligne parfaitement à ces préoccupations et nous rappelle les mesures adoptées en Grèce depuis le début de la crise économique. Et cela démontre que l’attaque se passe partout malgré les différentes vitesses avec lesquelles elle est est promue. Et si aujourd’hui c’est vous qui êtes le cible, au prochain virage ça sera nous.

Nous luttons donc avec vous, car, comme vous dites “on vaut mieux que ça”. Nous vous remercions de nous avoir rappelé que rien n’est encore perdu. La victoire de cette lutte dépasse les frontières françaises et nous encourage à suivre notre lutte.

En ce moment, en Grèce, alors qu’en Europe se lèvent des murs aux réfugiés que les politiques de l’UE, des USA et des gouvernements, notre avec la jeunesse au premier rang, montre sa solidarité indéfectible. On lutte contre le racisme et le fascisme. On revendique des frontières ouvertes en Europe, asile, protection et logements pour tous et on s’oppose aux expulsions et aux réadmissions des réfugiés vers la Turquie. Nous essayons de créer des relations de solidarité, d’ouvrir des chemins vers l’égalité, en édifiant des espaces de liberté pour nos luttes communes.

Parallèlement à ce combat, on lutte aussi contre le projet de loi contre la sécurité sociale, ainsi que contre toutes le mesures d’ austérité que prépare notre gouvernement avec l’UE et le FMI. Nous luttons pour que le gouvernement de SYRIZA n’apporte pas son projet El Khomri, comme elle projette déjà.

Nous n’oublions pas qu’il y a 10 ans, vos mobilisations contre la loi “sur l’égalité des chances” et le CPE ont inspiré le mouvement de la jeunesse en Grèce. Du mouvement étudiant en 2006-07, la révolte de décembre 2008 après l’assassinat du jeune Grigoropoulos, le soulèvement des ouvriers en 2010-12 et jusqu’au NON massif au référendum de l’année dernière, la jeunesse grecque a laissé son héritage aux luttes de notre peuple. A travers tout cela nous avons appris qu’afin que les luttes puissent gagner, elles doivent avoir des objectifs précis pour qu’elles ouvrent le chemin vers le renversement total.

Et ces objectifs doivent se diriger vers le renversement de leurs préoccupations de nous rendre une jeunesse du chômage et de la précarité, une génération sans futur. Malgré les allégations des partis politiques et des médias, nous pouvons tous travailler avec des salaires satisfaisants. Nous pouvons tous avoir de la sécurité sociale. Nous pouvons tous travailler dans des conditions humaines et avec des relations de travail stables. Il suffit que le patronat, les gouvernements, l’UE et leurs politiques payent.

Pour que tout cela soit possible, l’initiative doit se trouver aux vrais organes du mouvement et non pas dans les bureaucraties syndicales, qui rentrent au dialogue avec les gouvernements. Enthousiasmés, nous avons vu comment vous avez imposé vos mobilisations continues, comment vous avez choisi l’auto-organisation, les AGs, contre la logique de négociation des directions syndicales. Enthousiasmés, nous avons vu que vous avez refusé les propositions pour une “amélioration” du projet de loi et vous avez décidé de continuer à revendiquer le retrait total de la loi El Khomri.

Notre lutte doit durer activement jusqu’à la victoire. Et, justement, en n’adoptant pas la logique des mouvements symboliques, nos combats aboutissent que quand on obtient ce qu’on revendique. On intensifie, donc, jusqu’au renversement de ces politiques; on intensifie, avec des mobilisations actives, jusqu’à ce qu’on impose notre droit.

On considère que ces critères non seulement vous les adoptez mais vous les enseignez à toute la jeunesse de l’Europe. C’est donc important que votre lutte remporte la victoire. Car on considère que c’est notre lutte aussi. Et elle montrera que nos adversaires ne sont pas invincibles! Votre lutte donnera le signal pour le soulèvement internationaliste de toute la jeunesse européenne. Soyez sûrs que nos jours arrivent aussi. Les jours quand la jeunesse grecque et européenne montrera sa force, sa combativité, sa détermination à vivre dans un monde meilleur. Les jours quand tous ceux qui nous veulent subis, payeront pour la misère que nous vivons aujourd’hui. Pour tous les réfugiés qui se sont noyés dans la Méditerranée, pour ceux qui cherchent un travail pour survivre, pour tous ceux qui travaillent pour rien. Et ces jours-là, on commencera à bâtir notre société, sans exploitation, pauvreté, guerre et racisme avec le seul critère, non pas du profit de quelques uns, mais des besoins des peuples. Nous donnons ces combats avec enthousiasme et sans peur, ayant toujours en tête ce que vous avez écrit aux murs de la Sorbonne:

“La situation est excellente! Où disperserons-nous les cendres du vieux monde?”

Nous vaincrons!

Des salutations de camarades,

ELEVE INSOUMIS

COORDINATION NATIONALE DE L’UNITE DE GAUCHE

RESEAU DE JEUNESSE DE GAUCHE

ATTACK au chômage et à la précarité

BLOCK IT! jeunes contre la nouvelle loi sur la sécurité sociale

MOUVEMENT PARTAGÉ DE LA GAUCHE INDEPENDANTE aux Universités

LANTZA / rassemblement des travailleurs au tourisme et à l’alimentaire

Réseau des Soldats Libres SPARTACUS

ps: Notre pensée et avec vous et vos luttes. Le 13 avril nous serons aussi dans la rue, à la manifestation de notre jeunesse contre la loi sur la sécurité sociale et les politiques du gouvernement et de l’UE

URL originale: http://www.attack.org.gr/?p=1714

Tout le monde déteste la police — Quartiers libres

Les slogans ne tombent pas du ciel. Ils synthétisent la pensée ou le sentiment d’une époque. Dans les manifs d’aujourd’hui le slogan « Tout le monde déteste la police » s’est imposé. Ça fait bien longtemps qu’en France le pouvoir ne repose plus sur un consensus large. Malgré la mise en scène constante des acteurs politiques les […]

via Tout le monde déteste la police — Quartiers libres